LE CAFTAN MAROCAIN ET LA RICHESSE DE SON PATRIMOINE

caftan marocain

Célèbre habit traditionnel ou revisité, le caftan marocain représente plus qu’une coupe ou un tissu. Œuvre d’art à nos jours, il est sans aucun doute un grand ambassadeur culturel, régional et international à la fois. Dans sa splendeur, chacune des grandes régions du Maroc a su lui donner de ses richesses et laisser son empreinte.

Ceci ne date pas d’hier, mais bien des siècles auparavant. L’histoire, à travers les musées, à travers le savoir-faire transmis et les tenues de nos grands-mères, nous amène à comprendre cette nuance entre les différents types de caftan marocain.

De la Chedda Fassia à la Rbatia, passant par la Chamalia, le caftan marocain exige autant de finesse que les ornements et les accessoires qui l’accompagnent. Justement, cette même valeur va au-delà des fils d’or et des pierres précieuses, il s’agit de l’honneur de la mariée, de sa famille et de sa future belle-famille.

Culturellement parlant, les différents types de caftan marocain se métamorphosent en s’ouvrant à de nouveaux horizons. Il reste à savoir que la base est toujours liée aux modèles classiques, qui sont encore sources d’inspiration. C’est une façon pour élargir la dimension culturelle et exposer le caftan marocain en un large panel de créations.

Pour plonger dans le monde du caftan, nous allons voir la description, avec un petit détour historique, de chaque style. Une approche en horizontale : les différents caftans propres à chaque région : caftan de Fès, caftan de Meknès, caftan de Rabat et Salé, puis caftan de Tétouan, et une approche en verticale : coupes, tissus et ornements.

L’approche en Horizontale : Le caftan marocain selon chaque région

Le caftan de Fès :

caftan marocain

Le caftan de Fès est connu pour sa noblesse de tissu, puis par un style de broderie très fin et particulier. Communément nommé « Tarz Al Fassi », la broderie de Fès a évolué selon un contexte plus qu’historique, s’étalant au social et même politique.

D’ailleurs, Dar Al Makhzen, où les affaires du palais étaient gérées, décidait du style, des dessins et des modèles à présenter. Les Sultans avaient leur mot à dire : Yacoub Al Mansour Al Mouahidi par exemple, avait interdit aux femmes de produire des modèles extravagants ou trop onéreux.

Il existait deux types de broderie à Fès, le premier nommé « Tarz Al Alouj », qui a disparu au milieu du 19ème siècle, et le classique « Tarz Al Gherza » ou « Tarz l’Hssab » qui est considéré actuellement comme l’unique Tarz Al Fassi. Ce dernier est né des influences de l’école turque othomane au 17ème siècle.

C’est avec les Mérénides qu’il connut une réelle évolution. Inspiré des formes géométriques, des réalisations architecturales, la broderie de Fès fut également influencée par d’autres cultures : berbère, arabe, andalouse, asiatique et africaine.

Le caftan de Tétouan :

n marocain

Le caftan de Tétouan est célèbre pour sa coupe originale. Il fut influencé par les écoles ottomanes à travers les artisans algériens du 19ème siècle. Sa somptuosité et sa finesse tirent toutes deux leurs origines dans la culture andalouse, grande source d’inspiration.

La broderie de Tétouan ou le « Tarz Tétouani » mixe entre différents éléments ethniques et religieux. La complexité des motifs était mise en valeur par le choix de couleurs unies. Du vert, de l’orange ou du mauve, ces couleurs étaient choisies pour décorer de belles étoffes de coton ou de lin et plus tard de soie.

Dans son ensemble, le caftan marocain de Tétouan est connu aussi pour sa coupe. Un choix opté pour mettre en valeur les gilets qui accompagnent le caftan, avec ses jolis motifs floraux. C’est le caftan marocain qui laisse le plus de place à la créativité et donne plus de choix. Comme l’a si bien compris Dounia Batma !

Le Caftan de Rabat et Salé :

« Le R’bati »

Souvent réalisé avec un tissu fin et léger, comme le coton ou la soie, le caftan de Rabat connaît son apogée à l’ère des Mouahidines. Les motifs de broderie sont simples, d’une couleur souvent unie : rouge, bleu, parfois mélangées.  Ils sont réalisés avec des fils épais, toujours inspirés de la géométrie et du monde de la flore.

C’est au 16ème siècle que le fil d’or viendra compléter les réalisations avec l’arrivée de juifs en terre d’asile à Salé. Des fils qui seront à l’époque ramenés d’Italie, utilisés sur des tissus nobles de coton ou de la dentelle.

« Le Slaoui »

caftan marocain

Le style du caftan de Salé est un résultat de croisade entre le caftan de Fès et le caftan de Meknès. Il reste tout de même important de souligner que la différence réside dans les motifs et dans les techniques de broderie.

C’est le modèle qui a le plus été influencé par le style européen et surtout italien, en incluant une technicité basée sur le calcul mathématique et la répétition.

Le Caftan de Meknès :

caftan marocain

Inspiré du caftan Fassi, le caftan de Meknès n’en est pas loin à quelques détails près : la broderie et les ornements. La broderie de Meknès apporte plus de couleurs, au minimum sept, des couleurs chaudes et vives, avec des motifs variés.

Le caftan de Meknès présente une broderie de différentes formes, des géométriques aux compositions florales. Cette mixité donne à la fin de somptueuses broderies riches, complexes et variées, sur de beaux et nobles tissus.

Depuis quelques années, la demande fut tellement forte pour ce style de caftan qu’on commence à en produire même à Fès. Il doit sa notoriété à sa richesse exclusive et la densité de ses motifs brodés.

L’approche en Verticale : Ce qui différencie les types de caftan marocain :

La coupe :

caftan marocain

Pour ce qui est des coupes, 3 coupes sont célèbres et représentent les formes classiques du caftan marocain :

  1. Le caftan de Fès est plutôt long et large, manches et corps. Une coupe classique que reprennent d’autres caftans, comme celui de Meknès.
  • Le caftan de Tétouan est plutôt court et évasé, manches et corps à son tour. Entièrement ouvert sur le devant, il est conçu pour mettre en valeur le gilet qui l’accompagne.  
  • Le caftan de Rabat quant à lui, présente une coupe droite, plutôt serrée, qui a vu le jour au début du 20ème siècle. Ses caractéristiques présentent des manches étroites et une coupe plus proche du corps.

Les tissus :

Le caftan de Fès est connu pour le choix du tissu d’abord que l’on appelle « Al Kharib » exclusivement produit par Ouled Bencherif à Fès. Un savoir-faire ancestral, qui nécessite du temps et une expertise irréprochable. Brocard Lyonnais orné de fils d’or à la base, il faut plus de 3 jours de travail pour réaliser un coupon de 2 mètres. D’autres tissus sont utilisés pour le caftan de Fès et heureusement d’ailleurs, comme la soie naturelle ou brochée, ou carrément le velours.

Pour le caftan de Tétouan, c’est le velours épais et chaud qui a fait sa renommée. Par tradition andalouse, il est garni et orné des deux côtés de différentes couleurs. Le choix du tissu n’est pas limité au velours car aujourd’hui beaucoup de caftan de Tétouan sont réalisés avec des tissus plus fins mais fidèles à la coupe.

Le caftan de Rabat et de Salé se portent facilement sous la Djellaba pour la fluidité des tissus choisis. Cela dit, les tissus classiques comme le brocard lyonnais ou la soie de chine sont toujours d’actualité.

Les ornements : La « Chedda »

La Chedda représente l’ensemble de l’apparat de la mariée. Bijoux, caftans et accessoires traditionnels qui sont propres à chaque région, avec sa richesse culturelle et artisanale. Aujourd’hui les deux plus célèbres des « Chedda » sont celle de Fès et celle du Nord « Chamal ».

La Chedda Chamalia se compose du caftan lui même, d’une parure « Takhlila » : ensemble de perles et de pierres précieuses montées sur de longues chaines en or ou en argent et d’un « Kenbouch » : un voile traditionnel indispensable posé sur la mariée.

caftan marocain

La Chedda Fassia diffère par le nombres des éléments qui la composent : Une tenue de perle « Lebssa Del Joher », un « Seroual » pantalon brodé, un « Tchamir » chemise brodée, ainsi qu’un caftan en brocard. Deux longues bandes brodées de fils d’or et de perles blanches viennent décorer le buste de chaque côté. Pour les accessoires, un diadème « Taj », des « Zrayer » ou perles à mailles carrées ainsi que « Khit Errih » petit bijou posé sur le front viennent compléter la Chedda.

Le caftan marocain au-delà des régions 

Qu’il soit de Fès, de Tétouan ou de Rabat, chacun des caftans marocains représentent mille et une merveilles pour émerveiller mille et une femmes. C’est un habit traditionnel certes, mais qui a connu et continue de connaître des changements liés à l’innovation et à l’originalité de chacune.

Ce qui est bon à retenir dans l’ensemble, c’est que le caftan marocain met en valeur la mariée et sa beauté tout en lui gardant une réserve de pureté. Chaque mariée peut choisir plus d’un style de caftan marocain à mettre le jour de son mariage. Car c’est certainement un vêtement qui la mettra en valeur pour ce grand jour, à condition de choisir les bonnes compositions et les bonnes couleurs.

EN SAVOIR PLUS :

Vous voulez connaître l’histoire du caftan marocain en général ? Lisez notre article sur l’histoire du caftan marocain !

Besoin d’un conseil ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *